Les élections sénatoriales de 2011 dans la Manche Agrandir l'image

Les élections sénatoriales de 2011 dans la Manche

Le 25 septembre 2011, la Manche renouvelle ses trois sénateurs pour la septième fois sous la Cinquième république. En 2011, alors que le retour du scrutin majoritaire laisse l’espoir à cette dernière de reconquérir le siège perdu dix ans plus tôt, le retrait brutal de Jean-François Le Grand donne lieu à une guerre de succession.

Plus de détails

20,00 €

Fiche technique

Nombre de pages145
Dimensions15 X 22 cm
AuteurMichel BOIVIN
Poids249 g
Date de parution2ème semestre 2013
CollectionEtudes & Essais

En savoir plus

Le 25 septembre 2011, la Manche renouvelle ses trois sénateurs pour la septième fois sous la Cinquième république. De 2001 à 2011, grâce au scrutin proportionnel, un sénateur de gauche, Jean-Pierre Godefroy, représente le département au Palais du Luxembourg aux côtés de Jean Bizet et Jean-François Le Grand, personnalités reconnues de la droite manchoise. En 2011, alors que le retour du scrutin majoritaire laisse l’espoir à cette dernière de reconquérir le siège perdu dix ans plus tôt, le retrait brutal de Jean-François Le Grand donne lieu à une guerre de succession.

C’est finalement Philippe Bas, ancien ministre de Jacques Chirac, qui en sort grand vainqueur avec jean Bizet lors que Jean-Louis Valentin, leur colistier, doit laisser, à quelques voix près, le troisième siège à Jean-Pierre Godefroy.

Face à une droite éclatée, la réélection du sénateur socialiste s’explique aussi par son équation personnelle ainsi que par les nouveaux profils politique et sociologique d’un corps électoral sénatorial manchois à 60%.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Les élections sénatoriales de 2011 dans la Manche

Les élections sénatoriales de 2011 dans la Manche

Le 25 septembre 2011, la Manche renouvelle ses trois sénateurs pour la septième fois sous la Cinquième république. En 2011, alors que le retour du scrutin majoritaire laisse l’espoir à cette dernière de reconquérir le siège perdu dix ans plus tôt, le retrait brutal de Jean-François Le Grand donne lieu à une guerre de succession.