La Collaboration dans la Manche 1940-1944 Agrandir l'image

La Collaboration dans la Manche 1940-1944

Dans ce département réputé « violemment modéré », les partis collaborationnistes eux-mêmes ne comptent ensemble que quelques
centaines d’adhérents pour la plupart très peu actifs. Leur recrutement interclassiste s’opère principalement dans les zones les plus densément occupées. Les engagements par contrainte ou par opportunité l’emportent sur les engagements par conviction.

Plus de détails

20,00 €

Fiche technique

Nombre de pages140
Dimensions15 X 22 cm
Poids235 g
AuteurMichel BOIVIN
Date de parution2ème semestre 2013
CollectionEtudes & Essais

En savoir plus

Dans cet ouvrage, Michel Boivin examine toutes les formes de la collaboration dans la Manche occupée des années 1940-1944 en cherchant à comprendre des choix. Il montre que l’affirmation « tous collabos » ne vaut pas plus dans la Manche qu’ailleurs.
Dans ce département réputé « violemment modéré », les partis collaborationnistes eux-mêmes ne comptent ensemble que quelques
centaines d’adhérents pour la plupart très peu actifs. Leur recrutement interclassiste s’opère principalement dans les zones les plus densément occupées. Les engagements par contrainte ou par opportunité l’emportent sur les engagements par conviction.
Les dimensions économique et administrative sont également faibles. Quant aux dénonciations, elles servent surtout à régler des
comptes entre Manchois.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

La Collaboration dans la Manche 1940-1944

La Collaboration dans la Manche 1940-1944

Dans ce département réputé « violemment modéré », les partis collaborationnistes eux-mêmes ne comptent ensemble que quelques
centaines d’adhérents pour la plupart très peu actifs. Leur recrutement interclassiste s’opère principalement dans les zones les plus densément occupées. Les engagements par contrainte ou par opportunité l’emportent sur les engagements par conviction.